Notícia

Francia.org (Venezuela)

Vivre sans guerre ? Violences en banlieue à partir du récit des femmes

Publicado em 08 agosto 2021

Por Francia.org.ve

Un article de la « Revista de Anthropology » évoque les effets de la guerre lancée par l’État contre le trafic de drogue dans la périphérie de Rio de Janeiro à travers les témoignages de femmes confrontées à cette violence quotidienne.

Margareth Artur/USP Magazines

La question de la violence dans les banlieues fait quotidiennement la une des médias sociaux et des journaux : des nouvelles d’enfants, de jeunes et d’adultes morts victimes de balles perdues, de préjugés et d’intolérance à Rio de Janeiro. Il y a la guerre déclarée déclenchée par l’Etat contre le trafic de drogue, dans une réalité de coups de feu, d’explosions de bombes et d’invasions de maisons avec la mort des occupants.

Dans ce contexte, la guerre pour le contrôle des territoires périphériques est consommée par l’usage du pouvoir et de la force, entraînant des destructions et des dommages, non seulement matériels, mais aussi émotionnels et psychologiques. Et les familles qui vivent dans ces espaces, comment vivent-elles cette situation ? Comment ce processus se déroule-t-il, comment est-il perçu et vécu par les hommes et les femmes ? Les chercheuses Patrícia Birman et Camila Pierobon, auteurs de l’article Vivre sans guerre ? Pouvoirs locaux et rapports de genre dans la vie populaire quotidienne, Publié dans Journal d’anthropologie, enquêtent sur les effets de cette guerre sur le genre, en donnant la priorité aux récits de femmes de Vila Carolina Maria de Jesus, entendus et enregistrés par les auteurs, « en suivant des situations impliquant des abus physiques et moraux, des menaces et des meurtres auxquels les femmes sont confrontées ».

Certaines des histoires de vie de trois habitants de la Vila sont présentées : Sueli, Cristina et Mariana, « des femmes décidées avec une longue histoire dans diverses banlieues ». Dans la recherche de la régularisation des territoires et des propriétés, en mars 2011, une faction de trafiquants de drogue a envahi la Vila et, ainsi, un nouveau régime politique local a été mis en place, la Vila «devenant propriétaire, faisant comprendre aux habitants que leur petit quartier s’était transformé en bidonville ». Les habitants perplexes sont confrontés au changement brutal du quartier : de l’autogestion à une régulation de l’obéissance au trafic de drogue. À ce stade, les familles avaient peur, en particulier les femmes, par rapport au manque de liberté et à la lutte pour la vie de leurs proches, en particulier leurs enfants.

Selon les auteurs, par rapport aux valeurs morales partagées, les femmes devraient rester neutres, sans prendre parti, afin d’obtenir un peu plus de respect que les hommes car elles misent sur la subtilité, la stratégie et la ruse pour contourner les situations les plus compliquées, telles que refaire la vie après le meurtre de leurs enfants et maris. La mobilisation et la résistance d’une des personnes interrogées face à la pression de l’itinérance sont mises en évidence, avec l’élaboration d’un plan de dénonciation pour expulser les « propriétaires de baraques », comme la lettre qu’elle a adressée à la société en général, dont la fin est un cri de révolte : « Le peuple brésilien a déjà démontré qu’il n’est pas idiot. Ceux d’entre nous qui vivent et gagnent leur vie ici construisent ce quartier et nous n’allons pas le laisser être détruit ».

Malheureusement, la plainte n’a pas reçu de réponse, mettant en évidence « l’indifférence de la police et de la hiérarchie politique à s’ingérer pour calmer une population au bord de la pauvreté, même si elle est en dehors des favelas ». La respectabilité morale en tant que composante des « rapports de genre et de guerre » tient à la responsabilité des femmes envers leurs enfants et envers la communauté, en garantissant l’approvisionnement en eau du hangar, par exemple. Dans cette guerre sans fin, qui a duré quarante ans, les hommes, en particulier les jeunes et les noirs, sont plus susceptibles de tuer et de mourir, et les femmes, pour la plupart noires, mères, sœurs et épouses, c’est à elles de faire face à la souffrance constante des pertes. et la difficile, mais inévitable, reconstruction de la vie, « des femmes empêtrées de force dans les rapports de force qui incluent les acteurs du trafic de drogue et l’État », espérant un jour vivre sans guerre.

Article

BIRMAN, P.; PIEROBON, C. Vivre sans guerre ? Pouvoirs locaux et rapports de genre dans la vie populaire quotidienne. Journal d’anthropologie, São Paulo, c. 64, non. 2, e186647, 2021. ISSN : 1678-9857. ÇA FAIT MAL: https://doi.org/10.11606/1678-9857.ra.2021.186647 Disponible en: https://www.revistas.usp.br/ra/article/view/186647. Consulté le : 15 juillet 2021.

Contacts

Patricia Burman – Anthropologue, professeur au Département d’anthropologie de l’UERJ et chercheur au CNPq.

Camila Pierobon – Anthropologue et stagiaire postdoctoral à la bourse IPP/Cebrap et FAPESP.

Revues USP

la section RRevues USP est un partenariat entre le Jornal da USP et l’Agence USP pour la gestion de l’information académique (Águia) qui présente des articles d’auteurs de diverses institutions publiés dans les revues de la Portail des magazines USP.

.

 

Essa notícia também repercutiu nos veículos:
Jornal da USP online Saense