Notícia

Seppi Over-blog: Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les plantes amazoniennes ont été domestiquées il y a 10.000 ans

Publicado em 25 abril 2020

Quand l'agriculture a émergé dans les premières civilisations, des plantes ont été domestiquées dans quatre endroits dans le monde – le riz en Chine ; des céréales et légumineuses au Moyen-Orient ; le maïs, le haricot et la courge en Méso-Amérique ; et la pomme de terre et le quinoa dans les Andes. Maintenant, une équipe internationale de chercheurs a confirmé une cinquième aire de domestication dans le sud-ouest de l'Amazonie où le manioc, la courge et d'autres plantes comestibles sont devenus des plantes de jardin au début de l'Holocène, il y a plus de 10.000 ans.

« Nos résultats confirment les Llanos de Moxos en tant que point chaud pour la culture précoce de plantes, et démontrent que depuis leur arrivée, les humains ont provoqué une profonde modification des paysages amazoniens, avec des répercussions durables sur l'hétérogénéité de l'habitat et la conservation des espèces », rapportent aujourd'hui les chercheurs (8 avril) dans Nature**.

Les Llanos de Moxos sont une savane d'environ 126.000 kilomètres carrés située dans le département de Beni en Bolivie, dans le sud-ouest de l'Amazonie. Le paysage est parsemé de terrassements, notamment de champs surélevés, de monticules, de canaux et d'îles forestières. Les chercheurs ont examiné les îles forestières situées dans la vaste savane à la recherche de signes de jardinage précoce.

« Nous avons essentiellement cartographié de grandes sections d'îles forestières à l'aide de la télédétection », a déclaré José Capriles, professeur adjoint d'anthropologie à Penn State. « Nous avons émis l'hypothèse que les îles forestières de forme régulière avaient une origine anthropique. »

Cependant, comme le note Umberto Lombardo, de l'Université de Berne, premier auteur de l'article, « la plupart des îles forestières circulaires sont en fait artificielles et les irrégulières ne le sont pas. Il n'y a pas de schéma clair. »

José Capriles, professeur adjoint d'anthropologie, Penn State, lors de fouilles dans les îles forestières de San Pablo. Image : José Capriles, Penn State

En fait, il y a plus de 4.700 îles forestières artificielles dans la savane des Llanos de Moxos selon les chercheurs qui ont « vérifié » environ 30 de ces îles et montré que beaucoup auraient pu servir de zones de plantation humaine.

« Les preuves archéologiques de la domestication des plantes sont difficilement disponibles, en particulier en Amazonie où le climat détruit la plupart des matières organiques », a déclaré Capriles. « Il n'y a pas de pierres dans cette zone car il s'agit d'une plaine alluviale et il est difficile de trouver des preuves de la présence précoce de chasseurs-cueilleurs. »

Les chercheurs – y compris Capriles ; Lombardo et Heinz Veit de l'Université de Berne ; Jose Iriarte et Lautaro Hilbert de l'Université d'Exeter ; et Javier Ruiz-Pérez de l'Université Pompeu Fabra de Barcelone – ont analysé des phytolithes, de minuscules particules minérales qui se forment à l'intérieur des plantes, à partir d'échantillons datés au carbone radioactif provenant de fouilles archéologiques sur des îles forestières et de carottes sédimentaires. La forme des phytolithes à base de silice dépend des plantes dans lesquelles ils se forment, ce qui permet aux archéologues d'identifier les plantes qui ont été cultivées dans les îles forestières. L'équipe a trouvé des preuves de manioc – yuca en Amérique latine – il y a 10.350 ans et de courge il y a 10.250 ans. Le maïs est apparu il y a 6.850 ans.

Le manioc, la courge, le maïs et d'autres aliments riches en glucides tels que la patate douce et les arachides constituaient probablement l'essentiel de l'alimentation dans les Llanos de Moxos, complétés par du poisson et de gros herbivores.

« Les archéologues, géographes et biologistes ont fait valoir pendant de nombreuses années que le sud-ouest de l'Amazonie était un centre probable de domestication précoce des plantes, car de nombreux cultivars importants de manioc, de courge, d'arachide et certaines variétés de piment et de haricots sont génétiquement très proches des plantes sauvages vivant ici », a déclaré Lombardo, qui est l'auteur principal de l'article. « Cependant, jusqu'à cette étude récente, les scientifiques n'avaient ni recherché, ni fouillé de vieux sites archéologiques dans cette région qui pourraient documenter la domestication précolombienne de ces cultures d'importance mondiale. »

Les chercheurs suggèrent que leurs données indiquent que les premiers habitants du sud-ouest de l'Amazonie n'étaient pas seulement des chasseurs-cueilleurs, mais pratiquaient la culture des plantes au début de l'Holocène. Les premiers colonisateurs qui sont arrivés dans la région possédaient peut-être déjà une économie mixte.

Le Fonds National Suisse, le Conseil Européen de la Recherche, la National Geographic Society, la mission TerraSAR-X/TanDEM-X et le protocole d'accord AHRC-FAPESP Arts and the Humanities Research Fondation de São Paulo ont financé cette recherche. Le Ministerio de Culturas y Turismo bolivien et le Gobierno Autónomo Departamental del Beni ont soutenu ce travail.

_____________

* Source : https://news.psu.edu/story/614004/2020/04/08/research/amazonian-crops-domesticated-10000-years-ago#.Xo4sJ4I3rHA.twitter

** « Early Holocene crop cultivation and landscape modification in Amazonia »,

Umberto Lombardo, José Iriarte, Lautaro Hilbert, Javier Ruiz-Pérez, José M. Capriles & Heinz Veit

Essa notícia também repercutiu nos veículos:
7thSpace Scienmag Science Magazine (Reino Unido) Bioengineer (Reino Unido)