Notícia

Ulyces (França)

Ce physicien affirme que le Big Bang n’est pas à l’origine de l’univers

Publicado em 28 novembro 2017

Débat sur le Big Bang, édition 2017. Alors qu’il est considéré par la majeure partie de la communauté scientifique comme la théorie la plus probable de l’origine de l’univers, une étude menée par le physicien brésilien Juliano César Silva Neves prétend exactement le contraire. Publiée dans la revue General Relativity and Gravitation, elle soutient que la fameuse expansion de l’univers ne serait pas son commencement, et qu’elle aurait eu lieu après un « état de contraction » extrême, lui-même précédé par une succession éternelle d’expansions et de contractions donnant naissance à une infinité d’univers. C’est la théorie dite des « univers bondissants », et le scientifique a presque les preuves de ce qu’il avance.

Le chercheur et son équipe affirment ainsi que, plutôt que de provenir d’une seule grande expansion – un bang, donc –, la création de notre univers a été précédée par la grande contraction du précédent univers – soit un crunch. Ils inclinent donc à penser qu’il y aurait eu un Big Crunch durant lequel l’univers se serait contracté à une température extrême, antérieur au Big Bang. « Je crois que le Big Bang n’est jamais arrivé », renchérit-il.

Interrogé par Phys.org quant à ces affirmations, impossibles à vérifier car décrivant un phénomène ayant eu lieu – ou non – il y a plusieurs milliards d’années, Neves explique que la réponse se trouve dans les trous noirs.

« Qui sait, peut-être que des restes de trous noirs datant de l’époque de la fameuse contraction sont présents dans l’expansion en cours ? » suppose-t-il. En d’autres termes, Neves pense qu’ils pourraient constituer une preuve irréfutable de sa théorie. Ne reste plus qu’à attendre qu’il les décèle, donc.

Sources : General Relativity and Gravitation/Phys.org